Transition écologique, Biodiversité

Un chantier-test pour réhabiliter les anciennes décharges privées de Dollemard

Cet été, une opération de très grande ampleur va permettre de finaliser l’étude sur la réhabilitation des anciennes décharges de Dollemard. Ce chantier-test comprendra l'extraction de 2 000 m3 de matériaux, l'expérimentation sur site des techniques de tri, ainsi que des sondages.

Publié le

Le chantier-test de Dollemard sera la dernière étape avant la finalisation de l’étude qui permettra d’arrêter un plan de gestion pour la réhabilitation des anciennes décharges. Il devrait durer 3 mois.

« C’est un chantier complexe, qui n’a jamais été mené ailleurs, mais que nous sommes déterminés à réaliser avec l’aide de nos partenaires afin d’éradiquer cette source de pollution pour le milieu marin »

 Edouard PHILIPPE, maire du Havre, président de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole.

Le chantier-test s’intègre dans le Pacte territorial pour la transition écologique et industrielle du territoire de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole. D’un montant de 900 000 euros HT, il bénéficie du financement de l’Etat, la Région Normandie (dispositif IDEE Innovation), Le Havre Seine Métropole et la Ville du Havre.

2 000 m3 de matériaux extraits dès cet été

L’objectif du chantier-test est de purger une partie des zones présentant des déchets en pied de falaise. A cette fin, au moins 2 000 m3 de matériaux, mélange d’éboulis de falaise et de déchets, vont être extraits. Le tri des matériaux, pour extraire les déchets plastiques notamment, sera réalisé sur place, puis les déchets seront évacués vers les filières de traitement appropriées. Au cas où des déchets dangereux et pollués seraient mis au jour, des alvéoles de confinement seront créées en attendant les opérations de réhabilitation finales. Le succès de cette opération permettra de confirmer la faisabilité d’un scénario de retrait des déchets de la falaise. Un suivi écologique sera effectué pendant et après le chantier afin de mesurer son impact sur la biodiversité.

50 sondages pour analyser les sols

Des sondages de sols vont être réalisés pour évaluer la composition d’anciennes décharges, le niveau de pollution et la nature des sols. Ils pourront être complétés par des piézairs (mesures de polluant dans les gaz des sols), des piézomètres (ouvrages pour vérifier la qualité des eaux souterraines), des mesures sur les moules et autres mollusques, ou encore des mesures géophysiques. Le budget de la campagne de sondages est évalué à 240 000 euros HT et bénéficie du soutien de l’Agence de la transition écologique - Ademe et de l’Agence de l’eau Seine-

Télécharger