Innovation

Avec l’hydrogène, le territoire passe au vert

Le Havre Seine Métropole donne un nouvel élan à la production d’énergie électrique « zéro carbone » grâce à l’hydrogène. Un investissement d’avenir.

Publié le

Vers une mobilité durable

Sur nos routes, comme dans la zone industrielle et portuaire, de plus en plus de véhicules et de services passent à l’électrique. L’hydrogène vert, reconnu comme combustible vertueux, alimente le véhicule en électricité via une pile à combustible, seule de la vapeur d’eau étant rejetée dans l’atmosphère. Synonyme de mobilité durable, il permet aux véhicules légers ou lourds de circuler sur des distances supérieures à ceux fonctionnant uniquement sur batterie.

Pour favoriser l’émergence sur son territoire d’un écosystème autour de cette énergie propre et prometteuse, la Communauté urbaine a répondu à l’appel à projets « Ėcosystèmes territoriaux Hydrogène » de l’ADEME, l’agence nationale de la transition écologique, visant à faire émerger des infrastructures de production d’hydrogène bas carbone et renouvelable. La démarche engagée par Le Havre Seine Métropole s’appuie sur un partenariat avec Hynamics (filiale d’EDF), HAROPA PORT, la CIM, Transdev Le Havre, Le Havre Seine Développement et l’association des industriels Synerzip LH.

Une future usine de production

Destiné notamment à la mobilité et à l’activité portuaire, l’hydrogène trouve sur le territoire un nombre important d’applications. L’objectif de création d’une usine de production d’hydrogène vert à l’horizon 2024 va de pair avec l’implantation de trois stations à hydrogène.

HAROPA PORT envisage ainsi l’électrification de son parc de véhicules de manutention de conteneurs, ainsi que celle des bords à quai pour l’approvisionnement des navires. La Communauté urbaine a, pour sa part, décidé d’investir dans un parc de véhicules 100 % hydrogène : en 2025, la ligne 1 du réseau de transports LiA sera entièrement équipée de bus roulant sans émission carbone. Parallèlement, plusieurs bennes à ordures ménagères seront acquises. Le coût d’investissement pour l’usine, les trois stations de recharge et la flotte de bus représente près de 25 millions d’euros. L’ADEME pourrait accorder une subvention de 7,5 millions d’euros si elle retient le dossier porté par la Communauté urbaine et ses partenaires.

Effet de levier

D’autres usages pourraient suivre, tant les avantages de l’hydrogène sont grands, y compris en matière d’autonomie : transporteurs et logisticiens font eux aussi part de leur intérêt pour cette source d’énergie propre. La création d’infrastructures dédiées et la diversification des usages permettent donc d’envisager une montée en puissance des besoins sur le territoire. L’usine de production d’hydrogène pourrait alors augmenter sa capacité initiale de 2 Mégawatts.

Engagée dans un objectif de neutralité carbone à l’horizon 2050, Le Havre Seine Métropole a également entamé la transition énergétique de l’ensemble de son parc de véhicules vers l’électrique et vise l’installation, à court terme, de 200 points de recharge électrique tout public sur son territoire.