Tourisme

Au Havre, le quai de Marseille réaménagé pour mieux accueillir les croisières fluviales

Le Havre Seine Métropole crée les conditions d’un accueil durable de la croisière fluviale qui connaît actuellement une forte croissance à l’échelle de l’Axe Seine.

Publié le

À l’image de toute la vallée de la Seine, la croisière fluviale connaît une importante dynamique de croissance au Havre : 188 escales ont été enregistrées en 2022 contre une trentaine en 2017. En 2023, 170 escales sont programmées. Les armateurs apprécient particulièrement l’escale havraise qui offre la possibilité de découvrir le centre-ville classé à l’Unesco et de partir en excursion vers les pépites du littoral normand.

« Le Havre entend profiter de la belle dynamique de développement que connaît la croisière fluviale à l’échelle de l’Axe Seine. C’est tout le sens de ce nouvel aménagement qui témoigne de notre volonté d’accueillir durablement les croisiéristes dans notre ville. »
Édouard PHILIPPE, maire du Havre et président de la communauté urbaine Le Havre Seine Métropole

Un quai électrifié depuis 2019 pour des escales "zéro fumée"

Ces perspectives ont poussé Le Havre Seine Métropole à réaménager le quai de Marseille afin de créer les conditions d’un accueil pérenne et respectueux de l’environnement pour les croisiéristes. Ainsi, dès 2019, Le Havre Seine Métropole a fait aménager un poste électrique à haute tension afin d’alimenter les navires à quai pour des escales « zéro fumée ». Un dispositif qui sera prochainement généralisé sur la pointe de Floride pour les croisières maritimes en partenariat avec HAROPA.

Un espace agréable, sûr et intégré au campus étudiant

Le projet d’aménagement s’est inscrit dans le développement de la Presqu’île Frissard : il s’agissait d’offrir une entrée de ville accueillante pour les touristes en escale, tout en créant un espace qualitatif à usages libres pour le campus étudiant à proximité immédiate du quai de Marseille.

Pour cela, tous les cheminements ont été rendus plus confortables et accessibles dans une logique de parcours vers la ville. La gestion des itinéraires et des dépose-minute pour les cars de tourisme a été revue pour améliorer la lisibilité et la sécurité. Enfin, les espaces verts ont été entièrement repris.

Cette opération représente un investissement de 744 000 euros HT dont 601 000 euros de travaux. La Région Normandie a contribué au projet à hauteur de 128 000 euros ainsi que l’État pour 51 000 euros.